logotype
 
 
Faites-vous partie des personnes ayant eu le privilège de voir le spectacle de la fête des Vignerons de ce quart de siècle ?
Si ce n’est pas le cas, ce n’est que partie remise ; dans 20 à 25 ans, un nouveau spectacle nous attend déjà !
 
Je suis née à Vevey et j’y ai vécu jusqu’à mes 15 ans et pourtant, les spectacles de 1977 et 1999 ont passé tout droit devant moi sans que je m’y arrête. Mais ce lundi 29 juillet 2019, 19h, je ne voulais pas manquer la représentation.  Accompagnée de ma fille, ce que nous avons vu et entendu nous a émerveillées… et lorsque les chanteurs ont entamé « le ranz des vaches », quelle émotion ! Bien vite, chacun avait allumé son natel en signe de respect, d’admiration … et à la fin des applaudissements à n’en plus finir !
 
Quelle préparation pour arriver à un tel résultat !
 
Combien de capacités techniques et artistiques déployées, combien de répétitions et d’efforts pour parvenir à chanter si longtemps à l’unisson… et combien de joies partagées ensemble durant des mois devant préparer le couronnement des meilleurs vignerons.
 
******
 
La Fête, le vigneron, la vigne, le vin qui réjouit… plein d’images et de paroles du Seigneur prennent de nouvelles couleurs dans mon esprit…
 
Lors des Noces de Cana, Jésus couronne la fête en transformant de l’eau en vin ; un vin bien supérieur à celui qui avait été servi depuis le début des réjouissances. Pas logique du tout ; le maître de la fête dira en effet au marié : « On offre toujours le meilleur vin au début, pas ... » C’est le premier miracle que Jésus accomplit, comme s’il voulait nous dire alors : « Je réserve toujours le meilleur pour la fin ».
 
Oui, c’est une Vérité : Le Seigneur a toujours le dernier mot pour chacune de nos situations de vie et tout concourt au bien de ceux qui l’aiment… 
 
Mais il existe une autre fin dont la Bible parle : La fin de toute Chose qui sera bien plus qu’un simple Happy End.
 
Cette fin viendra lorsque le Seigneur reviendra dans toute sa gloire. Aucun mot ne saurait décrire ce que nos yeux verront alors. Ce sera le plus beau des spectacles qui ait jamais existé ! La Jérusalem Céleste descendra du ciel et nous serons réunis à Lui pour toujours. Nous ne serons pas seulement spectateurs mais tous Acteurs ce jour-là !
 
Ce sera les Noces de l’Agneau, ce sera la Fête du divin Vigneron… à laquelle nous sommes déjà tous invités et appelés à nous préparer !
 
« Oui Seigneur, tu es le Vrai Cep, nous sommes les sarments et toi Père tu es le Véritable Vigneron, celui qui donne la vraie Vie et le vrai Bonheur.  Nous voulons apprendre à dépendre totalement de ton Esprit, car sans toi, nous ne pouvons rien faire, ni rien produire qui donne la vie sur cette terre. Que tu puisses ainsi ramener encore de nombreux enfants perdus à toi.
 
Arrache ce qui doit encore être arraché de nos vies pour que nous ne cessions de porter du fruit éternel et que tu sois ainsi glorifié.
 
Oui, nous désirons préparer ce Grand Jour tous ensemble :  En nettoyant nos robes pour qu’elles soient toujours plus éclatantes, et en ne laissant ni ride, ni tache se dessiner et prendre place sur nos visages. Nous voulons redoubler d’efforts pour nous aimer les uns les autres, nous soutenir, nous corriger, nous édifier, et réunir nos forces et nos dons pour travailler à l’unisson, car c’est bien à cela que tu nous appelles ».
 

Le Seigneur des armées célestes préparera lui-même pour tous les peuples là, sur cette montagne, un festin de vins vieux, et de mets succulents, des mets tout pleins de moelle, arrosés de vins vieux et dûment clarifiés.
Et il déchirera là, sur cette montagne, le voile de tristesse qui couvre tous les peuples, la couverture recouvrant toutes les nations.
Il fera disparaître la mort à tout jamais. Et de tous les visages le Seigneur, l’Eternel, effacera les larmes, et sur toute la terre, il fera disparaître la honte pesant sur son peuple. L’Eternel a parlé. (Esaïe 25 v. 6 à 8)
 
Ce jour-là, entonnez un chant en l’honneur de la vigne au vin délicieux. C’est moi le Seigneur, qui suis son gardien. Je l’arrose au bon moment, je la garde jour et nuit pour empêcher toute incursion. Je ne lui en veux plus, mais gare aux épines et aux ronces que je pourrais y trouver ! Je m’y attaquerai en y mettant le feu, à moins qu’on ne se place sous ma protection, et qu’on ne fasse la paix avec moi, oui, la paix avec moi ! (Esaïe 27 v. 2 à 5)
 
Je suis la vraie vigne et mon Père est le vigneron. Il enlève tout rameau qui, uni à moi, ne porte pas de fruit, mais il taille, il purifie, chaque rameau qui porte des fruits pour qu’il en porte encore plus…….
Voici comment la gloire de mon Père se manifeste : quand vous portez beaucoup de fruits et que vous vous montrez ainsi mes disciples (Esaïe 15 v. 1 à 17)
 
 
 Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
 
2020  Echos de sa voix  design by  serrurier paris