logotype

 
Avez-vous déjà joué au bras de fer ? Dans notre famille, on aimait bien se mesurer. Mes filles avec leur père ou entre elles, c’était un sacré rituel.
 
Que de rires et de suspense quand les demoiselles s’affrontaient : coudes sur la table, main dans la main, yeux dans les yeux ; chacune cherchait la position la plus stable possible avant le début du combat… et une fois la bataille entamée, comme c’était drôle de les voir grimacer, les entendre crier, haleter et parfois même grogner !!!
 
Dans ce jeu, rien n’est jamais joué d’avance. Quand un bras commence à flancher sérieusement une fois, deux fois ou plus, le vainqueur paraît déjà tout désigné ; « il n’en peut plus, il n’aura bientôt plus la force de résister ». Et lorsque ce même bras presque à terre reprend des forces on ne sait d’où et se trouve à nouveau en position égale face à son adversaire, waouououh !!!
 
Que dire encore quand ce bras, plus déterminé que jamais, réussit à faire plier son rival et finit même par le terrasser ! Le presque vaincu devenu vainqueur crie triomphalement et son visage s’éclaire comme un soleil.
 
Ce jeu est une belle image des bras de fer spirituels auxquels nous sommes tous confrontés. Inutile d’essayer d’y échapper ; les combats de la foi sont le lot de tous ceux qui veulent grandir et glorifier Dieu, de ceux qui veulent gagner du terrain et ramener des cœurs perdus au Père. L’ennemi ne s’attaque pas aux chrétiens qui ont les bras ballants… ils sont bien trop inoffensifs.
 
Mais à nous qui l’aimons, Jésus a dit : vous aurez des tribulations dans le monde, mais prenez courage j’ai vaincu le monde. Tu peux donc rester confiant/e alors même que des sensations de peur et de doute commencent à t’envahir.
 
Tu peux tenir ferme dans la souffrance, car tu sais que le Meilleur est toujours devant toi.
 
Tu peux proclamer ta délivrance alors même que tes ennemis s’acharnent sur toi, car Dieu a pris ta cause en main ; si Dieu est pour toi, qui sera contre toi ?!
 
Tu peux vaincre ta chair aussi ; lorsqu’une tentation surgit ou lorsque tes blessures encore non guéries font mal et que tu voudrais réagir et mal agir, tu peux encore dominer ta chair et proclamer : je puis tout par celui qui me fortifie. Laisse le Saint Esprit prendre le dessus dans ta vie. Renonce à te battre avec tes propres forces, c’est peine perdue.
 
Jésus est le puissant bras de Dieu… plus fort que tous les bras de fer humains. Il a libéré son peuple du joug que lui avait imposé le Pharaon… Son bras a fendu la mer pour les conduire vers le pays promis. Plus tard encore, il a ramené sur leur propre terre ses enfants déportés et retenus captifs à Babylone.  
 
Et au temps fixé de toute éternité par Dieu, il y a 2010 ans, son bras lui est encore venu en aide : Jésus est né et a vécu sur notre terre pour porter notre condition humaine… par sa mort à la croix et sa résurrection, il nous a rachetés et sauvés définitivement de nous-mêmes. Le mur qui nous séparait du Père n’est plus. Les lieux célestes se sont ouverts. Jésus nous a ramenés dans les bras et contre le cœur du Père.
 
Quel amour ! Ce sont encore ses bras puissants qui nous relèvent quand nous chutons, qui nous entourent et consolent lorsque nous pleurons, qui nous portent et nous soutiennent dans toutes nos détresses, et c’est sa main qui nous conduit !
 
Aujourd’hui encore, confie-toi en lui de tout ton cœur, car il est Vainqueur.
 
Et même si tu as déjà perdu beaucoup de combats, ne laisse pas la culpabilité te ronger, ne te laisse pas abattre. Au contraire, écoute le Seigneur te dire : ressaisis-toi, fortifie-toi et reprends courage, je t’aime ! Tu as perdu des batailles, mais tu n’as pas perdu la guerre… Ma victoire t’appartient !
 
  
N.B. : Les versets bibliques se référant au bras de Dieu et/ou au bras de la chair sont nombreux. En voici quelques-uns :

En effet, ce n’est pas par leur épée qu’ils se sont emparés du pays, ce n’est pas leur bras qui les a sauvés,
mais c’est ta main droite, c’est ton bras, c’est la lumière de ton visage, parce que tu les aimais (Psaume 44 verset 4)
 
Ainsi dit l’Eternel : Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme et qui fait de la chair son bras, et dont le cœur se retire de l’Eternel (Jérémie 17 verset 5, version Darby)

L’Eternel déploie le bras de sa sainteté, et ce à la vue de toutes les nations. Même les extrémités de la terre verront le salut de notre Dieu (Esaïe 52 verset 10)

Qui a cru à notre prédication ? A qui le bras de l’Eternel a-t-il été révélé ? (Esaïe 53 verset 1)

Le Seigneur, l’Eternel vient avec puissance, et son bras lui assure la souveraineté. Il a son salaire avec lui et sa récompense est devant lui. Pareil à un berger, il s’occupera de son troupeau, il prendra les agneaux dans ses bras et les portera contre sa poitrine ; il conduira les brebis qui allaitent (Esaïe 40 verset 10)
 
 
  

 Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

 

 

 

2020  Echos de sa voix  design by  serrurier paris